Si...Alors

2020/2021

4 Danseurs

60 minutes

Si …

Une nouvelle réalité, encore insaisissable, présidée par une intelligence artificielle organise désormais nos vies en définissant nos goûts, nos envies et nos besoins. Ceux-là mêmes qu’on a eu le malheur ou hasard d’exprimer un jour sur nos moteurs de recherches jusqu'à en être soi-même défini par nos affinités, nos envies avouées sur le clavier, à grands coups de likes, de hastags et favoris.

 

SI des algorithmes collectent nos données que nous pensons personnelles et qui pourtant ont tellement la cote à l’échelle multinationale, créant des balises qui se plantent, nous encerclent de pubs et de suggestions de contacts, d’achats et de mode de vie, nous promettant ce qu’il a été défini que nous avons besoin. 

 

Si …

Autant de briques posées devant nous, érigent un mur de plus en plus en haut sans possibilités de fenêtre ou d’issues de secours…

Alors cette nouvelle réalité insinue que nous parviendrons au point d’avoir été dépossédés d’abord de nos vies, puis de nos capacités pour sombrer dans le désœuvrement.

 

Si à tant vouloir, nous perdons, nous savons néanmoins ce que nous voulons pas : notre souffrance et notre perte, et bien moins encore celles de nos enfants.

Nous pourrions évoquer une entité prédatrice qui cherche délibérément ou non, directement ou non, à nous nuire, ainsi qu’à nos enfants, usant à mauvais escient nos naïvetés, nos précipitations, nos emportements, notre penchant pour l’avarice et nos passions qui s’expriment de façon désinvolte. Mais si choisissions d’abord de discerner nos responsabilités, notre manque de vigilance, notre désinvolture, nos manquements, notre servitude, etc. Alors nous pourrions nous immerger dans un débat excitant sur notre société paradoxale où la liberté – telle que l’humanité n’a jamais connu auparavant - de voir, connaître et créer s’entre-chaine avec notre disposition semi-consciente à se soumettre à une manipulation constante de notre libre-arbitre ; où en quête des autres et de soi, nous entraînons nos corps, par un simple clic, dans une enjambée vers une toute autre trajectoire, une tangente dangereuse pavée de harcèlement, intimidation ou discours de haine qui peut mener à la défaite de soi.

 

« Si … alors » est un acte de résilience face à ces paradoxes qui sont abordés à travers le prisme de nos écrans qui nous obsèdent. 

 

Si dans le monde extérieur réel, comme nous l’avons fait avant eux, nos enfants ont besoin de tester, d’explorer, de tomber et de se relever pour apprendre. Alors, dans cette réalité virtuelle dont nous apprenons seulement qu’elle nous échappe, et que nombre de nos enfants ont expérimenté précocement, il s’agit de leur donner les moyens de se relever à travers les actions de  sensibilisation et l’éducation à l’esprit critique.

 

Noam Chomsky écrivait que « Toute l'histoire du contrôle sur le peuple se résume à cela : isoler les gens les uns des autres, parce que si on peut les maintenir isolés assez longtemps, on peut leur faire croire n'importe quoi » et que « la véritable éducation consiste à pousser les gens à penser par eux-même. »

 

« Si … alors » est un espace commun dédié à la solidarité et la résilience pour rompre avec l’illusion de l’impuissance et à nous équiper ensemble à déconstruire pour détruire nos murs qui nous isolent.

«Si…alors» prend la forme d’une exhibition des états du corps représenté par une danse de consommation excessive et indifférente. Aux trois composantes qui déterminent les attitudes des consommateurs - cognitive (développée à partir de ce que l'on sait), affective (ce que l'on ressent) et conative (ce que l'on souhaite faire).

 

«Si...alors» aborde les effets secondaires, autrement dit, aux attitudes inverses où le libre arbitre est corrompu par la désinformation, l’anhédonie et le contrôle, et menant à la standardisation des individus et en conséquence à la perte de leurs identités et de leur indépendance.  

 

Imaginé en tant que, la pièce chorégraphique « Si…alors » raconte l’histoire de quatre traits de caractères - l’arrogance, la paresse, sensibilité et la crédulité – qui sont en prise dans cette « dé-pan-danse » tiraillés entre par leur désirs, pulsions et envies propres et la standardisation des leurs individualité en tant que consommateurs. « De-pan-danse » est une escalade de gestes et mouvements irrépressibles et irrésistibles  qui déclinent progressivement vers leur uniformisation. 

 

« Si… alors » raconte aussi l’histoire d’une prise de conscience et d’une volonté des corps de réaffirmer notre pouvoir sur soi-même et ainsi, sur les autres et les sociétés à venir. Il s’agit de rappeler que quand bien même la page des destinées n’est pas blanche, il reste possible d’en écrire la suite. 

 

Sur scène, ces quatre « caractères »  incarnés par quatre danseur/euses (…) se rencontrent, se côtoient et se confrontent à leur environnement et à leurs interactions les uns avec les autres dans une boucle temporelle, un 1er avril qui se répète tous les jours. Leurs mouvements se trouvent intensifiés les entraînant dans un « tourbillon » où leur sens de l’espace et la fluidité de l’enchaînement des gestes laissent place à une confusion et des convulsions corporelles de part et d’autre de la scène. Dans une répétition de gestes incontrôlables, les caractères font face à des obstacles (objets/personnages ou les 2 ?) pour ensuite prendre progressivement du recul et s’éloigner les uns des autres dans quatre espaces opposés de la scène et finalement réaffirmer un nouveau élan d’un caractère qui interpelle. De nouveaux gestes sont proposés les uns après les autres, certains sont reproduits, d’autres répétés ou bien refusés et ce, en s’inspirant les uns et les autres. La bande musicale du spectacle reprend des genre musical dérivé du breakbeat caractérisé par un mélange de divers autres genres musicaux incluant techno, rock, hip hop et acid house.

Pulcinellla

En cours

2021

6 Danseurs

X Minutes

Pulcinella est un personnage de la commedia dell’arte, théâtre populaire italien. C’est aussi un ballet avec chant crée en 1919-1920 par Igor Stravinsky inspiré de Pergolèse. 

 

Un siècle tout juste plus tard, je revisite ce ballet, un regard nouveau sur l’oeuvre que je partagerai avec mes co-partenaires, l’Opéra Orchestre National de Montpellier, la scène national du Cratère à Alés et Montpellier Danse. Une approche nouvelle, qui passera par le prisme de mon univers, urbain, la danse Hip Hop.

 

Fasciné par ce personnage, Pulcinella (Polichinelle) que je connaissais à peine, dont je découvre le récit consigné dans un seul et rare ouvrage «Vie de Polichinelle et ses nombreuses aventures» écrit par Octave Feuillet en 1846. L’histoire d’un jeune garçon de 16 ans, celle de son incroyable aventure, une épopée à laquelle je proposerai une traduction, une approche très esthétique, chorégraphique. Une lecture mise en résonance avec l’air du temps.

 

Pulcinella sera un ballet de danse hip hop chorégraphie par Hamid El kabouss, qui s’adresse à tout public, se jouera avec 6 danseurs et  l'orchestre opéra nationale de Montpellier dirigée  par Magnus Fryklund.

 

Sa mystérieuse naissance, sa façon de se faufiler entre les puissants de la cour, ses mésaventures avec les académiciens, sa victoire sur l’armée anglaise, en passant par les Champs Elysée, et enfin son secret…  je vous ferai découvrir le destin d’un jeune intriguant, de son ascension sociale dans la monarchie en place, se hissant jusqu’aux faveurs du roi avant de connaitre la disgrâce de ce dernier. 

Maladie-x-on

En cours

2022

1 Danseur

X Mintues

Imagine une seconde toutes les façons dont le monde pourrait finir. Ça pourrait venir d’en haut. Ou d’en bas. Ou bien d’une chose qu’on se serait infligée, seuls.

De tous les risques qui nous viennent à l’esprit, la pandémie est celle auquel on pense le moins, et pourtant, elle est notre plus grand danger. 

 

Comme c’est le cas depuis la fin d’année 2019 avec la COVID-19 ou même bien avant une maladie qui échappe à notre contrôle, qui se propage sur le monde, mettant en péril des millions de personnes, transformant les civilisations…

 

La cause des épidémies sont souvent des virus ou des microbes, parfaitement adaptés pour se transmettre d’une espèce à l’autre. Les virus responsables de la grippe Aviaire viennent des oiseaux. Ceux de la grippe porcine, des porcs. Le VIH vient des chimpanzés. Ebola, des chauve-souris. D’innombrable maladies, des moustiques…

 

Sommes nous la cause ou les animaux? Serons nous prêts pour les arrêter?

 

La déforestation, le réchauffement climatique, l’abus de consommation, L’agriculture industrielle… amène toujours plus d’animaux sauvages au contact de l’Homme.