© 2017 Compagnie MiMH
 
 

HÉRITAGE

Chorégraphie : Hamid El Kabouss

Création  Lumière : Patrick Méeüs

Durée :  50 minutes   /    Musique :  d'Ibrahim Maalouf   /    Musicien Live :  Pierre Dutot

Danseurs : Alfredo Morales, Gabriel Avila Quintana, Marine Larat  et  Julien Desfonds

LES QUATRE SAISONS... REMIX

 

Création chorégraphique d'Hamid El Kabouss pour 6 danseurs, en collaboration avec l'Opéra Orchestre national de Montpellier Occitanie et Montpellier Danse.

Musique : Antonio Vivaldi Les Quatre Saisons

Durée : 50 mn

Une histoire, un conte pour enfants : une suite imaginaire de La Boîte à joujoux…

Comme dans un exercice d’expression libre proposé aux enfants à l’école, Hamid El Kabouss, à travers une danse toute personnelle conjuguant hip-hop, classique et humour, appelle à partager le devenir et les aléas des amours du petit soldat et de la poupée rythmés par les saisons.

Image de l’artiste, une cigale s’incruste dans ces tableaux.

Différente dans le monde des fourmis, elle chante…

Mourra-t-elle ?

Langage d’aujourd’hui né de multiples influences, la danse de la compagnie MIMH revisite ces histoires d’hier et de toujours sur les partitions mêlées de Vivaldi et de Julien Guillamat.

Les codes éclatent pour s’adresser à tous par l’émotion née des mouvements et de la musique.

DISTRIBUTION

Conception, chorégraphie : Hamid El Kabouss
Musique : Antonio Vivaldi Les Quatre Saisons
Direction musicale : David Niemann - Orchestre national Montpellier Occitanie
Électroacoustique live : Julien Guillamat
Regard extérieur : Jean-Marie Lejude
Interprètes : Hamid El Kabouss, Valentin Féjoz, Khalil Chabouni, Andréa Mondolini, Kwamé Ba et Emmanuel Da Silva Almeida

Création lumière : Patrick Méeüs
Production : Opéra Orchestre national de Montpellier Occitanie/Compagnie MIMH

Spectacle en partenariat avec la saison Montpellier Danse 2016-2017

 

CHAÎNE

Création chorégraphique pour 3 danseurs, 2016-2017

Coproduction Théâtre Jean Vilar - Montpellier/ La Casa Musicale – Perpignan

Avec le soutien de Montpellier Danse

Durée : 50 mn

1ères représentations les 7 et 8 décembre 2016

au Théâtre Jean Vilar – Montpellier

Sur un plateau découpé par trois couloirs de lumière, trois danseurs incarnent des personnages qui se côtoient, se rencontrent et s’affrontent en une succession de tableaux qui convoquent les gestes et mouvements de la culture afro-américaine, exutoires ancrés tout à la fois dans le spirituel, le religieux et le corporel.

Inspiré par le documentaire Black Music : Des chaînes de fer aux chaînes en or de Marc-Aurèle Vecchone, Chaîne met en danse ces gestes et attitudes qui, nés de la domination et de la violence, sont devenus les constitutifs symboliques du langage corporel du Hip Hop.

De l’esclave noir s’efforçant de se libérer de l’oppression coloniale aux codes propres aux gangsters américains ou aux danses macabres, des gestes surgissent, se transforment, s’enrichissent d’influences et de combinaisons portées par les trois énergies des danseurs.

Aérienne pour Kwamé Ba, ancrée pour Virgile Dagneaux et expressive pour Emmanuel Da Silva Almeida, elles dessinent de façon impressionniste ces origines souvent oubliées ou méconnues de la danse Hip Hop, protestation et affirmation symboliques aussi multiples que diverses.

LA BOÎTE À JOUJOUX

Création chorégraphique pour 6 Danseurs, 2015-2016

Musique : Claude Debussy

Dans une collaboration avec le plasticien Vincent Fortemps

Commande de l’Opéra Orchestre national de Montpellier

Spectacle en partenariat avec la saison Montpellier Danse 2015-2016

Durée : 35 mn

 

La boîte à joujoux, ballet pour enfants créé entre 1913 et 1917, à l'initiative d'André Hellé, peintre, décorateur et illustrateur, qui en confie la composition musicale à Claude Debussy, est une métaphore de la ville.

Un espace urbain ou évoluent des personnages archétypaux et quasi intemporels...

A travers la grande histoire d’amour d’un soldat rêveur et d’une poupée maladroite, qui a déjà donné son coeur à un polichinelle frivole et querelleur, la ronde des sentiments et actions humaines simplement narrée, tendant vers l’universel… 

Une partition loin d’être dénuée d’humour…

 

Un siècle plus tard, le chorégraphe et danseur Hamid El Kabouss (Compagnie MimH), grâce à un co-partenariat entre l’Opéra Orchestre National de Montpellier et Montpellier Danse, revisite ce ballet pour enfants, au travers de son univers, urbain lui aussi, le Hip Hop.

Clin d’œil à André Hellé qui a écrit l’argument de ce ballet et en a illustré le livret de dessins en couleurs, Hamid El Kabouss collabore sur ce projet avec le plasticien- performeur et illustrateur Vincent Fortemps, qui projette en direct sur cyclorama un univers dessiné évoluant au rythme de la partition et de l’histoire. Dans une boîte à joujoux-ville symbolisée par un échafaudage en fond de scène, se met en place un dialogue entre les six danseurs de la compagnie MimH et les 36 musiciens de l’Orchestre national de Montpellier dirigés par David Niemann. Les destins croisés des personnages se nouent et se dénouent dans une gestuelle hip hop nourrie par le cinéma muet et le burlesque d’un Charlie Chaplin ou d’un Buster Keaton.

 

TRIPTYQUE / TRAFIC

Ou comment réussir à trouver sa place dans une société en perpétuel mouvement

L’identité personnelle basée essentiellement sur le sentiment d’appartenance est constamment remise en cause lorsque la position sociale des individus évolue. A l’heure de la mondialisation, où les cultures se croisent, se mêlent ou s’entrechoquent, l’idée d’évoluer dans le même espace soulève de nombreuses tensions. Alors que la migration engendre déjà un changement social radical, d’autres enjeux d’ordre interculturel se dessinent. C’est à travers les nombreux choix qui s’imposent aujourd’hui de manière quotidienne que les individus scellent leur destin et déterminent leur manière de vivre ensemble.

VA, VIS ET DEVIENS

Solo, 2014

Durée : 20 mn

Cette création met en scène l’exil, et par là-même la migration et l’intégration. Expérience vécue personnellement par Hamid El Kabouss, qui nous confie les difficultés à s’intégrer qu’il a rencontrées de par ses différences culturelles, physiques ou encore sociales, et les efforts qu’il a dû réaliser pour trouver sa place au sein d’une société nouvelle, autre.

Véritable destinée ou chemin vers les autres, la pièce se positionne au croisement du rejet et de l’intégration, entre les difficultés et l’espoir d’un jeune homme en quête de réponses.

 

Fusionnant instruments traditionnels et modernes, des sonorités tout à la fois électroniques et acoustiques accompagnent les quatre tableaux qui rythment cette création :

Reflet d’une ligne diagonale sculptant la motricité du corps tout en le retenant, la lumière définit et délimite l’espace. Face à cette rigidité, le déplacement finit par être contraint de se transformer en spirale, vers une atmosphère plus lourde.

Dans une lumière étouffante par sa sobriété, le corps frénétique et déraciné passe sa tête hors de l’atmosphère.

Face à cette lumière claire, le personnage confronté à son image se découvre et s’interroge sur la direction à prendre pour continuer son cheminement.

Question : ce parcours représente-t-il plutôt un chemin à la rencontre de soi ou un chemin à la rencontre des autres ?

SAUCE

Création chorégraphique

pour 5 Danseurs, 2010

Durée : 40 mn

Sauce est le reflet d’une société qui ne cesse de nous interroger quotidiennement sur la diversité et l’individualité de chacun.

 

La danse s’affirme ici comme prolongement du geste, qui est à la base de toute interaction entre individus. Ces geste qui nous séparent ou nous rapprochent les uns des autres, et qui parfois vont jusqu’à troubler nos esprits pour ne refléter ou ne provoquer que l’intolérance. Dans une société en perpétuelle mouvance, il est de plus en plus difficile de trouver, comprendre, et accepter sa position. Sur scène, cette idée se matérialise par un plateau en mouvement multidimensionnel quasi constant sur lequel évoluent les danseurs.

 

Sur des rythmes imprégnés de jazz, jazz punk et nu jazz, les cinq danseurs aux styles singuliers vivent des destins entremêlés.

HACHIA

Création chorégraphique

pour 3 Danseurs, 2013

Durée : 30 mn

"Hachia" : Bordure, suite ou encore clan en arabe littéraire.

 

Hamid El Kabouss prolonge ici sa réflexion sur le vivre ensemble et l’intégration dans la société actuelle.

 

C’est tous ensemble que nous vivons et évoluons dans différents environnements communautaires constituant notre société. Chargés en annotations et préjugés, ces environnements représentent également des marges et bordures qui encadrent, délimitent ou encore intègrent…

Dans cette société aux indénombrables visages, l’identité durement chahutée finit par se troubler. Seuls le rêve et l’imagination laissent place à l’espoir d’un futur toujours en construction.

 

Sur fond de sonorités allant du jazz à la musique expérimentale, trois danseurs interprètes évoluent dans quatre tableaux particuliers. Contre un mur, sur un canapé, devant une fenêtre, sur le tapis de la scène : trois danses, issues du même univers, mais aux énergies distinctes, s’animent. Jouant sur le déséquilibre et l’équilibre de la danse hip hop, les danseurs, de par leur gestuelle propre, leur apparence et leur image, dévoilent chacun au public « leur » société. Cette société où des êtres individualistes s’affrontent et se confrontent, se côtoient et se rencontrent dans l’espoir de trouver un sens à leur existence.

 

Hachia, dans la rue comme sur scène, est une pièce qui avertit et investit entièrement son public.

DU TRIPTYQUE SAUCE/ HACHIA/ VA, VIS ET DEVIENS À LA CRÉATION DE TRAFIC​

Présentées au cours d’une même soirée le 14 janvier 2015 au Théâtre de la Vignette dans le cadre de la saison 2014-2015 de Montpellier Danse, ces trois pièces relatant l’itinéraire personnel et chorégraphique d’Hamid El Kabouss ont rencontré un vif succès.

Afin de faciliter la diffusion de ce travail, Hamid El Kabouss reprend l’écriture de ces trois pièces et fusionne l’ensemble des tableaux dans une création à la fois plus concentrée et dramatique.

Désormais écrite pour 3 danseurs, cette nouvelle pièce, TRAFIC, est ramenée à une durée de 45 mn.

 

Coproduction : Théâtre La Vista - Montpellier / ICI-Centre Chorégraphique National de Montpellier, Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Direction Christian Rizzo

 

Sortie de résidence (Théâtre La Vista) : les 24 et 25 novembre 2016

1ères représentations : du 5 au 7 mai 2017

 

VIDÉOS

Les captations plan fixe des créations d’Hamid El Kabouss sont consultables sur le site : http://mimh.fr/

 

HAMID EL KABOUSS

& LA COMPAGNIE MIMH

Né en 1979 à Casablanca, Hamid El Kabouss commence très jeune, dès 1987, une carrière d’acrobate.  En 1997 il s’oriente vers le hip hop, qu’il pratique dans un milieu de compétition. Afin d’élargir sa pratique et ses moyens d’expression, il fréquente l’Ecole de danse contemporaine Véronique Honegger en 2000. En 2002, il co-fonde la Compagnie Salama, qui va connaître un succès à la fois national et international jusque 2006.

Sa soif d’apprentissage et de découvertes le pousse à quitter sa Casablanca natale pour découvrir d’autres horizons artistiques en France, à Montpellier, en 2006.

Primé dans la catégorie free-style en 2007 à Montpellier, à deux reprises en break-dance à Marseille et à Montpellier en 2008, deux fois premier prix en house- dance en 2009 et 2011 à Marseille et à Casablanca, Hamid El Kabouss fonde et dirige sa propre compagnie MIMH en 2009.

 

Fort de cette pratique et de cette technique hip hop, il explore alors d’autres territoires à la lisière de la danse contemporaine, plaçant au centre de son propos l'artistique, l'humain et le Vivre Ensemble.

Remarqué et accueilli dès 2010 par Montpellier Danse, il crée Sauce, premier volet d’un triptyque - Sauce, Hachia, Va, vis et deviens - où il s'inspire de son parcours personnel et de son ressenti, notamment en tant que « migrant », afin de livrer sa vision de la société avec ses préjugés et ses marges qui intègrent ou rejettent.

Finalisé, ce triptyque a été présenté en janvier 2015 au théâtre de la Vignette dans le cadre de la programmation de Montpellier Danse, avant d’être joué au Festival de Sziget en Hongrie et en tournée en Algérie.

En parallèle à ce travail de création scénique, Hamid El Kabouss est invité par la ZAT 2015 de Montpellier à créer 3 modules participatifs : Take it, Up rock et Steal away, qui rencontrent un vif succès populaire. Il crée également une intervention dansée en dialogue avec des œuvres du musée Paul Valéry de Sète à l’occasion de la nuit des musées 2015 et est invité par le congrès national des HLM en septembre 2015 pour y interpréter avec sa compagnie des extraits de ses compositions.

 

En 2016, Hamid El Kabouss crée pour l’Opéra national de Montpellier la chorégraphie de La boîte à joujoux de Claude Debussy, et à l’occasion de l’inauguration de la ligne 4 du tramway de Montpellier, il crée Barock, pièce pour 20 danseurs exécutée avec l’Orchestre national de Montpellier. En décembre de cette même année, il présente Chaîne, pièce pour 3 danseurs coproduite par le théâtre Jean Vilar de Montpellier et la Casa Musicale de Perpignan.

En 2017, Hamid El Kabouss chorégraphie Les quatre saisons… remix de Vivaldi dans le cadre d’une commande de l’Opéra national de Montpellier, en partenariat avec Montpellier danse, Trafic, réécriture de son triptyque consacré au vivre ensemble et Footwork, création partagée coproduite par le théâtre Jean Vilar. Au cours de la saison 2017-2018, il créera Héritage, pièce pour 4 danseurs écrite sur la musique d’Ibrahim Maalouf.

 

Parallèlement, l'engagement de la compagnie MIMH dans le partage de sa démarche l'amène à proposer une palette d'interventions assurées par le chorégraphe ou ses danseurs. La conception d'ateliers et d'actions pédagogiques sur le territoire de la région Occitanie est de ce fait au centre des préoccupations de la compagnie et l'une des deux bases de son existence. Ils sont construits autour de la danse hip hop, contemporaine et capoeira mais aussi et par ce biais centrés sur le développement de la confiance en soi, l'ouverture à l'autre, l'acceptation d'autrui au-delà des préjugés.

 

ANIMATIONS &

SPECTACLES PARTICIPATIFS

- FOOTWORK

Création partagée au Théâtre Jean Vilar

Représentations : février 2017

 

Hamid El Kabouss, chorégraphe-danseur, ainsi que l’un des danseurs hip hop de sa compagnie, se saisissent du vécu d’une dizaine de jeunes pratiquant le football, de leurs rêves, envies et frustrations pour créer un spectacle composé de tableaux mêlant danse, jeux de ballons, déambulations et jeux de rôles.

Les participants à ce projet ne sont pas invités à évoluer comme des danseurs, mais à prendre part avec leurs personnalités, leur jeu, à la construction d’histoires qui sont les leurs, parties d’un ensemble auquel Hamid El Kabouss donne sa cohérence de sens et de forme.

L’humour teinte cette création partagée, rencontre de pratiques artistique et sportive qui se répondent, s’entrecroisent en mettant en valeur l’humain.

- BAROCK

Pièce chorégraphique pour 18 danseurs

Musique : Glück, Lully, Charpentier

Durée : 20mn

À l’occasion du bouclage de la ligne 4 du tramway de Montpellier le 1er juillet 2016, la TAM (Transports Agglomération Montpellier) et la municipalité de Montpellier confient à Hamid El Kabouss la conception du programme inaugural de cet événement.

Il y crée BAROCK, pièce pour 18 danseurs, sur les oeuvres baroques de Glück, Lully et Charpentier, interprétées par l’Orchestre national de Montpellier.

- LA NUIT EUROPÉENNE DES MUSÉES :

Le 16 mai 2015, dans le cadre de la Nuit Européenne des Musées, la compagnie MimH a présenté, au Musée Paul Valéry à Sète, une création  chorégraphique pour deux danseurs dans les salles du Musée.

S'inspirant de cinq œuvres, Hamid El Kabouss et Valentin Fejoz ont ainsi proposé une heure de spectacle développé à partir de l'univers pictural de ces dernières.

- LA ZAT (ZONE ARTISTIQUE TEMPORAIRE) DE MONTPELLIER :

Dans le cadre de la Zone Artistique Temporaire des 5 et 6 avril 2015, quartier des Grisettes à Montpellier, Hamid El Kabouss crée trois dispositifs chorégraphiques liant la danse hip hop dans ses composantes diverses du locking, du popping, de la break-dance, du top-rock et de l’uprock aux rythmes blues, jazz, soul, funk et nu-jazz.

À la fois démonstratives, participatives et festives, ces créations ont pour vocation d’évoluer et de s’adapter à tout lieu extérieur d’accueil.

 

ATELIERS

En Parallèle à ses créations, la compagnie MIMH s’engage à partager sa démarche et à proposer une palette d'interventions, assurées  par le chorégraphe ou ses danseurs. Ses objectifs : la sensibilisation du jeune public, la prise en compte des publics empêchés, l'animation du territoire et le développement de l'offre artistique en milieu scolaire.

 

La conception d'ateliers et d'actions pédagogiques sur le territoire de la région L-R est de ce fait au centre des préoccupations de la compagnie et l'une des deux bases de son existence.

Ils sont construits autour de la danse hip hop, contemporaine et capoeira mais aussi et par ce biais centrés sur le développement de la confiance en soi, l'ouverture à l'autre, l'acceptation d'autrui au-delà des préjugés.

 

LES FORMULES :

 

Les cours d’initiation et de sensibilisation aux techniques de base sont disponibles en formule de 10 heures minimum par groupe, et ont pour but de transmettre les fondamentaux de la danse Hip Hop. L’exploration du rapport au poids, au sol et à la qualité du mouvement vont permettre à l’élève de redécouvrir son corps dans l’espace afin de s’initier à la danse et perfectionner sa technique.

 

Les Ateliers Chorégraphiques et Créatifs

Tous deux disponibles en formule de 20h minimum par groupe (10h de cours techniques + 10h d’ateliers), ils ont pour objectif de présenter une production chorégraphique devant un public. Ainsi, à l’issue du stage, les élèves pourront par exemple réaliser la 1ère partie du spectacle de la compagnie.

 

L’Atelier Chorégraphique

Orientée vers le processus de création, cette formule sensibilise tout particulièrement à l’écriture chorégraphique. Assuré par le chorégraphe, l’atelier comporte également des exercices réalisés en groupe ou en binôme consistant à privilégier le temps et l’espace lors de l’exécution des mouvements. Ce travail permet aux danseurs d’être plus attentifs et à l’écoute des autres afin d’atteindre un accord parfait.

 

L’Atelier Créatif

Construit également autour du développement de la créativité, cet atelier apprend aux danseurs à « rebondir ». Cet apprentissage se construit autour d’un cheminement à travers des méthodes d’exploration, des postures, des interprétations personnelles ou encore des outils de recherche ou d’improvisation.

 

Encadrées dans une grande porte que les danseurs déplacent sur le plateau, des statues prennent vie, leurs gestes et postures s’animent et deviennent mouvements. <trois danseurs et une danseuse s’y inscrivent, en sortent pour donner corps à des scènes nées de mythes et de tableaux : Narcisse se mire, s’admire et sa gestuelle développée en jeu de miroirs se propage et s’amplifie comme portée par des vagues…

Les personnages des tableaux de Magritte s’invitent sur scène et le  « cri » de Münch s’y propage comme émanant d’une humanité en prise à la douleur et aux maladies.

Les images de la transmission, de l’héritage se succèdent, s’enchaînent en mouvements d’imitation, de transformation voire d’opposition qui jaillissent et se développent sur les musiques d’Ibrahim Maalouf et les solos sur scène du trompettiste Pierre Dutot.

 

Production : Théâtre Le Cratére ALès / Compagnie MIMH 

Partenariat : la saison Montpellier Danse 2018-2019 / Théâtre Jean Vilar

Trafic

Photo © Marc Ginot